• w-googleplus
  • w-facebook
  • Twitter Clean

APETRA - PAU, France

ARCHIVES RETRAITES

 

 

 

Le système des retraites et les conséquences sur la vie sociale des retraités

 

Claude POUMOT 

Délégué Régional Sud-Aquitaine  pour la CFR 

 

 

 

 La Confédération Française des Retraités ou la C.F.R.

 

 

Elle compte 1 400 000 adhérents sur 16 millions de retraités en France.

 

La CFR regroupe 5 Fédérations :

 

- CNRPI – Confédération Nationale des Retraités des Professions Indépendantes;

- La FNAR - Fédération Nationale des Associations de Retraités

- La Génération Mouvement (ex. Ainés Ruraux)

- La CNR-UFRB - Le groupement d’Associations caritatives et humanitaires 

- L’UFR – Union Française des Retraités

 

 

 

 

 

 

 

Avec ce nombre important d’adhérents, la CFR cherche à obtenir une représentation officielle auprès des organismes décideurs concernant le problème des retraites.

 

Je suis Délégué Régional Sud Aquitaine de la CFR avec pour mission de prendre contact :

 

· avec Mesdames et Messieurs les 6 Députés des  Pyrénées Atlantiques et les 3 des Landes,

· avec plus de 20 Associations de Retraités de la FNAR et de l’UFR des deux départements,

· et avec les organismes sociaux comme le CODERPA, le CIAPA, les CCAS, les CLIC…..

 

(CODERPA 64 =Comité Départemental des Retraités et Personnes Agées ;  CIAPA= Comité départemental d'Intervention et d'Animation Pour l'Autonomie ; CCAS = Centre Communal d’Action Social ; CLIC = Centre Local d’Information et de Coordination.)

 

 

Les Retraités en France et en Aquitaine

 

Nous sommes aujourd’hui plus de 16 millions de retraités sur 66 millions de français. Le nombre de retraités augmente tous les jours avec d’une part le phénomène du « Baby-Boom » des naissances  après la guerre de 39-45, et d’autre part l’espérance de vie qui augmente. En 1980, un retraité avait une espérance de durée de retraite de 15 ans. Depuis 2008 cette durée « espérée » est passé à 25 ans. Dans notre département en 2012, sur 664 473 habitants, 185 141 ont plus de 60 ans. En Aquitaine 27,86 % de la population a plus de 60 ans contre 25,48% en France (le climat et le mode vie en sont la cause de cette attractivité  créant ainsi des problèmes d’accueil pour les personnes âgés). l' espérance de vie à la naissance atteint en France 78,7 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes.

 

 

1 La retraite par Répartition 

 

Depuis 1945, un système par répartition a été institué en France. Les salariés et les employeurs versent des cotisations aux régimes de retraite obligatoire de base CNAV (MSA ou RSI) et complémentaires ARRCO et AGIRC. Les cotisations perçues permettent de payer les retraites actuelles. Grâce à leurs cotisations, les salariés s’ouvrent des droits pour leur future retraite. Aujourd’hui les retraites versées concernent 16 millions de retraités avec 38 régimes différents. Dans ce système par répartition il y a trois leviers qui sont :

 

 

 

  •   la durée des cotisations des actifs,

 

  •   le taux des cotisations des actifs ,

 

  •   le montant des pensions des retraités.

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                 Mais aujourd’hui le nombre de retraités augmente à cause du « Baby-                                                                  Boom » et de l’allongement de l’espérance de vie.

                                                                 

                                                                 De ce fait le ratio actifs/retraités de 1,3 est en constante évolution, il 

                                                                 y a actuellement 22 millions de cotisants pour 14,8 millions de                                                                              retraités et ce n 'est pas fini car le Conseil d'Orientation de Retraites                                                                    et INSEE prévoient un ration de 1,1 dans les années 2050 (presque                                                                      autant de retraités que d'actifs)

 

 

 

 

 

  • La pension des retraités

 

 En 1993, le gouvernement de M. Balladur a décidé que les pensions ne seraient plus indexées sur les salaires, mais sur l’indice des prix. En même temps, il décide que le montant initial des pensions du privé serait calculé sur les 25 meilleures années d’activité, au lieu des dix dernières. Tout ceci entraina une baisse des pensions pour les retraités. Jusqu’en 2013, la revalorisation des retraites était basée sur l’évolution de l’indice des prix de l’année précédente et prenait effet le 1er avril. Ainsi depuis 1993, ce système de revalorisation a entrainé une perte du pouvoir d’achat régulière par rapport au niveau de vie. Pour un retraité qui a pris sa retraite, il y a 20 ans, sa pension CNAV a perdu 7,22%, 10,95% avec l’ARRCO et 15,43% avec l’AGIRC. Pour les actifs, le SMIC, a progressé de plus de 15 % par rapport à l’indice des prix. Les pensions des retraités en vingt ans ont ainsi perdu 25% par rapport au salaire moyen des actifs. Le résultat de cette perte du pouvoir d’achat des retraités est que 6 millions d’entre eux ont moins de 1000 € par mois pour vivre et parmi ceux-ci 600 000 sont au dessous du seuil de pauvreté (977 €).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1       La revalorisation des retraites du privé en 2015 ?  

 

 

                                                         Malheureusement, il n’y a pas que l’augmentation de l’espérance de                                                             vie et le  nombre de retraités du  Baby-Boom. La crise financière et le                                                          nombre de chômeurs qui augmente d’année en année ont pour                                                                  conséquence, moins  de cotisations pour les caisses de retraite. En 2009,                                                       il y avait près de 2  millions de chômeurs, aujourd’hui, il y en aurait près                                                       de 3,4 millions. De ce  fait les caisses de retraites CNAV, MAS, ARRCO et                                                       AGIRC prévoient des  déficits importants estimés en Milliards d’euros                                                            pour les années à venir (Pl IV. Fig. 7).

 

                                                         Pour faire face à ces déficits les caisses de retraites ont bloqué la                                                                revalorisation des retraites depuis Avril 2013 et réfléchissent à en                                                                décaler      les dates de  revalorisation vers la fin de l’année pour                                                                  gagner quelques   mois.

 

 

 

Le 17 février 2015, les syndicats des salariés et le MEDEF doivent se rencontrer  pour trouver une solution pour les caisses de retraites complémentaires qu’ils gèrent  ensemble, face à ce grave problème de financement. Malheureusement des études montrent que la robotisation des entreprises en France et dans le monde, la fermeture d’entreprise et les fusions/compression feront que le nombre des chômeurs augmentera encore, réduisant l’apport des cotisations retraite. Pendant ce temps, l’indice des prix va continuer à augmenter, comme cette année avec les mutuelles (+ 2 à 3 %), le gaz, la Poste, la télévision, l’électricité, etc…

 

 

2       La Retraite Universelle 

 

Afin de résoudre ces problèmes de retraites complexes la CFR propose une réforme pour adopter le système d’une Retraite Universelle comme cela se pratique déjà en Suède (Italie et Pologne a l’étude). En France on pourrait changer le système en remplaçant les 38 régimes par un seul régime. Le système de retraite par répartition et par points serait obligatoire pour tous les salariés (y compris les fonctionnaires). Il n’y aurait qu’une seule caisse de retraite et les comptes individuels par points seraient alimentés par les cotisations. Le calcul de la pension dépendrait du montant accumulé dans les comptes individuels et de l’espérance de vie de chaque génération, sans distinction Hommes/Femmes. Grâce à la simplicité et à la lisibilité du système, chacun pourrait connaitre – à tout moment – le montant de son droit à la retraite (pension) pour une date de départ donnée. Ainsi, il pourrait mieux gérer la date de son départ. L’indexation des montants des comptes individuels prendrait en compte l’évolution des prix et la démographie. La revalorisation des pensions ne serait pas inférieure à la hausse des prix.

 

La gouvernance de ce système comprendrait : l’Etat, les représentants des employeurs, des salariés et des retraités

 

 

3       Les conditions de vie des Retraités

 

Il est vrai qu’avec le système actuel, il y a 6 millions de retraités en France qui perçoivent moins de 1000 € de pension par mois. Pourtant il est évident que le montant des pensions ont un rôle important dans la vie des retraités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La CFR rejoint tout à fait les objectifs de Mme Touraine Ministre des Affaires sociales et de la Santé, qui propose la mise en place d’une loi sur le maintien à domicile. C’est très important car beaucoup de personnes âgées qui sont encore autonomes souhaitent rester chez elles le plus longtemps possible. Mais, dans beaucoup de cas, cela nécessite un réaménagement du logement qui reste fonction des moyens financiers car même s’ils peuvent bénéficier de certaines aides, il y a toujours « un reste à charge ». Heureusement, on peut faire appel à des entreprises ou des artisans qui fonctionnent en « Emploi Service » et dont les factures peuvent être déduites des impôts de 50 % sur la déclaration de l’année suivante ou de déductions fiscales tant que la loi n’est pas modifiée. Le Pôle Autonomie du Conseil Général 64, travaille déjà sur ce sujet en aménageant près de 180 domiciles par an pour des personnes âgées, après étude des lieux par un ergothérapeute. Il est évident que plus les personnes âgées resteront autonomes dans leur domicile,  plus leur vie sociale sera riche, plus elles retarderont l’âge de leur perte d’autonomie ainsi que celui de leur entrée en maisons de retraite. Ici aussi il y a un choix à faire en fonction des revenus et des aides comme l’APA (Aide aux Personnes Agées). Le coût de l’hébergement dans les différentes maisons de retraite varie entre 1500 € et 2500€ par mois et le « reste à charge » dépend d’un certain nombre de facteurs. 

 

 

       
L’aspect social de la vie des retraités

 

 Avec le temps les réseaux qui structurent la vie sociale, la famille, les amis et les voisins diminuent. C’est ce qui se passe dans notre département d’une part sur la Côte Basque et  dans la région paloise et d’autre part dans les milieux ruraux et montagnards. Dans ces zones la solitude gagne du terrain. Par exemple sur la Côte Basque, beaucoup de retraités sont venus prendre leur retraite au soleil en se coupant de liens familiaux, mais en créant des problèmes d’accueils dans les EHPAD (Etablissement Hospitalier pour les Personnes Agées Dépendantes) locaux dont les listes d’attente s’allongent. Il en est de même dans les zones montagnardes et rurales ou là ce sont les enfants qui sont partis travailler dans les grandes villes. Sur Pau, ce sont surtout des personnes (y compris des étrangers) qui sont venues travailler dans les grandes entreprises et qui se retrouvent aussi coupées de leurs racines familiales. Pour toutes ces raisons, quatre retraités sur dix n’ont plus qu’un ou deux contacts familiaux annuels, souvent téléphoniques. Un sur quatre n’ont plus d’amis, et près de quatre sur dix n’entretiennent aucun rapport de voisinage. Il est tout à fait évident qu’il y a heureusement dans certaines municipalités des Centres Communaux d’Action Sociale qui ont mis en place des organisations destinées à pallier à la solitude en créant des rencontres, des échanges, des loisirs et des événements. C’est ainsi que nombre d’associations de jeunes et de bénévoles se sont donnés pour mission de rompre la solitude des anciens par leur activités.

 

 Un grand merci à tous ces bénévoles

 

Pour terminer, il faut dire aussi que le Conseil Général 64 a organisé des lieux d’information et d’aide. Il y a trois Pôle Autonomie à Morlaàs, Nay et Oloron-Sainte-Marie, et sept CLIC à Bayonne, Pau, Sauveterre de Béarn, Garlin, Mauléon-Licharre, Orthez et à Vic-Montaner.  Il ne faut pas hésiter à prendre contact avec eux en cas de besoin urgent.